top of page
  • Photo du rédacteurVladana Perlić

L'Amante










Toi, autrefois glace et maintenant eau,

Moi, j’étais soufre, et suis maintenant feu.

Je te rends l’os que je te dois depuis des temps immémoriaux.

Toi, autrefois larme et maintenant sel,

Toi, fer rouge de mon être même,

Toi, l’éternité de l'unique mer,

Tu deviens humide et sèche.

Dis-moi que j'ai le cœur qui bat le plus fort dans le noir.

Je me suis entièrement transformée en cœur.

***

Tu m'inspires par la peur

Toute mon excitation vient de la peur

Un lapin passionné

Deux gorilles

Des loutres câlines

Nous sommes des animaux

C'est tout

***

Ton « je te veux » quand tu me possèdes

Crée l'illusion de nouvelles frontières

Que je n'ai pas encore traversées

Que peut-on faire d'autre avec un corps humain ?

***

Tout ce que nous faisons est terrible

Et même interdit dans certains livres très anciens

C'est peut-être pour ça que je l'aime autant

***

Mes rêves - la scène d’antiques tragédies.

D'abord nous nous aimons, puis les lumières s'allument et c'est mon frère.

Les rêves se déroulent toujours derrière les rideaux.

Mes souffleurs - voix de famille.

Je vais mourir sur les planches en jouant au guéri imaginaire.

***

Elle m'a dit que j'étais différente des autres femmes

Certes, elle me disait souvent aussi que je devrais aller voir un psychologue

C'est tellement dur d'être un lapin au pays des chasseurs

Elle le sait et compatit avec moi

Elle, cette mère adoptive

Elle dit

C'est dur de comprendre ce qu'il y a dans ta tête

Et elle le dit comme si c'était un secret que je lui cachais

À elle

Au monde

Moi, je ne sais plus quoi dire

***

À la fin, elle était moi

Et c'est ce qui nous lie si fort

J’ai pensé qu'elle était une voyante qui sait tout

Une sage vieille femme

J'attendais d'elle le salut

Qu’elle démêle ma pelote emmêlée

Mais ce n'était qu’une petite fille

Qui jouait

***

Dis-moi que tu me veux littéralement et pas autrement

En rêve, tu as mis le préservatif dans ta poche et tu as dit

Allons-y

Je ne t'ai pas dit que nous n'en aurions pas besoin

Je t'ai suivi

Je le sais déjà

Je perdrai ma virginité au Danemark

Ensuite emmène-moi quelque part où c'est toujours l'été

Où les gens ont une peau différente de la nôtre

Où les villes portent des noms que nous ne pouvons pas prononcer

Emmène-moi quelque part où c'est toujours l'été

Que je pense que le temps s'est arrêté

Que n’existe que

Cet unique et éternel été

***

Le fleuve asiatique coule lentement

L'air est humide

Et moi, je suis une petite Française lubrique

Qui aime les amours interdites et les chapeaux d'hommes

Toujours cette image

On n’échappe pas aux vies passées

***

Nos passions se sont embrassées

Quelque part dans l'hémisphère nord

Il embrassait mon autre bouche

Pendant que mon autre visage pleurait sanglotait

De deuil ou de plaisir

Je ne sais pas

Je pensais à Hélène Lagonelle

***

C'était à en mourir

J'ai découvert que mon corps avait une vie à soi





traduit par Nikolina Oljača



*



Vladana Perlić est née en 1995 à Banja Luka en Bosnie-Herzégovine. Écrivaine et poète, diplômée en langue et littérature françaises, elle a publié deux recueils de poèmes : „Frapper à la porte de la tour“ (Zaprokul, 2020) et „Jésus entre les seins“ (LOM, 2020). Plusieurs prix littéraires lui ont été décernés : „Novica Tadić“ (2020), „Aladin Lukač“ (2021), „Anka Topić“ (2021), „Ratkovićeve večeri poezije“ (2020), „Ulaznica 2021“ et „Mak Dizdar“ (2018 et 2020). Lauréate de la résidence Q21 à Vienne (2022), elle se trouvait la même année parmi les finalistes du festival romain MArteLive Europe. Ses poèmes ont été traduits en plusieurs langues : français, allemand, polonais, anglais, hongrois, italien et hindou.


*


Nikolina Oljača a terminé ses études en langue et littérature françaises à Banja Luka, et est actuellement en deuxième année de master dans le domaine de la traduction littéraire à l’Université Sorbonne à Paris.

Dans le cadre de la rédaction de son mémoire de fin d'études, elle travaille sur la traduction du roman Jefferson de Jean-Claude Mourlevat du français vers le BCMS.










Comments


bottom of page