Damir Karakaš (Plašćica chez Letinac, près de Brinje, en Lika, Croatie, le 21 novembre 1967), écrivain croate, caricaturiste, musicien de rue. À Zagreb il a étudié l’agronomie, le droit et le journalisme et a travaillé pendant plusieurs années à la rédaction des Faits divers du quotidien Večernji list à Split. En 2001 il vit à Bordeaux, puis de 2002 à 2007 à Paris où il s'en sort en jouant de l’accordéon dans la rue, suivant des cours de la langue française à la Nouvelle Sorbonne, réalisant des performances artistiques et exposant des œuvres conceptuelles. Dès l’adolescence il publie des caricatures et des dessins dans divers journaux de l’ex-Yougoslavie, pour lesquels il reçoit plusieurs prix prestigieux, nationales et internationales.

 

Il écrit des romans, des nouvelles, des pièces de théâtre, de la poésie et des essais.

Œuvres : Bosanci su dobri ljudi (Les Bosniaques sont des gens bien), récit de voyage, 1999 ; Kombetari, roman, 2000 ; Kino Lika, nouvelles, 2001 ; Kako sam ušao u Europu (Comme suis-je entré en Europe), roman, 2004 ; Eskimi (Les Esquimaux), nouvelles, 2007 ; Sjajno mjesto za nesreću (Un formidable endroit pour le malheur), roman, 2009 ; recueil de nouvelles Pukovnik Beethoven (Le Colonel Beethoven), 2013 ; Blue Moon, roman, 2014 ; Sjećanje šume (Souvenir de la fôret), roman, 2016.

Se basant sur son recueil de nouvelles Kino Lika, le réalisateur Dalibor Matanić a réalisé le film homonyme, récompensé en Croatie et à l’étranger. La pièce de théâtre Nous ne fermons presque jamais à clef (Skoro nikad ne zaključavamo) fait partie du projet Le Pentagramme zagrebois montée par Paolo Magelli en 2009. Le roman Un formidable endroit pour le malheur a été transposé sur la scène du Théâtre national croate à Rijeka par Dalibor Matanić en 2010. La pièce Le franc-tireur (Snajper) a été montée sur la scène du ZKM en 2013 par Franka Perković, puis la même année à Abidjan en Côte d’Ivoire par Ivica Buljan. Il vit à Zagreb.

Pour le roman Sjećanje šume (Souvenirs de la forêt, Sandorf 2016, Buybook 2017) Damir Karakaš a été récompensé par les prix littéraires Kočićevo pero et Fric.

Les Esquimaux couverture.png

© 2018 THEATROOM

© Le Fantôme de la liberté 2020