top of page
  • Matija Bećković

Vera Pavladoljska









Lukavica je htela da me nadlukavi

Punio se mesec u avgustu kao lokva

Ispaljivane pune duge preko jezera i glava

Na radilištima u rudnicima boksita

Ubeđivao sam nepoznate ljude

U tvoje ime

Vera Pavladoljska.


Grešile su pijane ptice u prostoru

Prepelica je kljunom gore okretala

Svest je mrcala među liticama

Gonjen tocilima, kršima i gubom

Do grla u živom blatu mislio sam

Koliko si me volela

Vera Pavladoljska.


Mrak je u mraku sjao kao životinja

Grom u lancima čamio za brdima

Molio sam za sluh fizičkih radnika

Divio se njihovom surovom apetitu

Zaklinjao jednog gluvonemog mladića

Da izgovori tvoje ime

Vera Pavladoljska.


Ceo dan u nebu izgoreo mesec

Pod lažnim imenom leči svoj pepeo

U mrcavi među dvojnicima

Dok muzika sneg u uši ubacuje

Kleo sam se u obe ruke, naročito desnu

Da te nisam voleo

Vera Pavladoljska.


Udvarao se nepoznatoj devojci

U kanjonu Tare kod Kolašina

Govorio istine na svim jezicima

Žario i palio da ih poveruje

Dok je ćutala sećao sam se

Da si mi najkrupnije laži verovala

Vera Pavladoljska.


Pevao je slavuj sa grlom grlice

Sve na svetu me na te podsećalo

Hvalio sam se da si luda za mnom

Cela plaža da ti se uzalud udvara

Kako te teram da ideš iz glave

I kako nećeš

Vera Pavladoljska.


Kulo crnog žara pod slepim očima

Zarazna zvezda sve i svašta sazdi

Dok mi se padobran nije otvarao

I kad sam u zavičajne bezdane padao

Pričali su da te zovem iz sveg glasa

Al nisam priznavao

Vera Pavladoljska.


Ronio u najdublje, bežao u gore

Da te glasno zovem da niko ne čuje

Bio sujeveran – pitao prolaznike

Kako tvoje lice zamišljaju

Čeznuo da ceo dan prolaziš kraj mene

Pa da se ne okrenem

Vera Pavladoljska.


Na ljubavnoj promaji između dve zvezde

Nevidljivi uhoda ima nešto protiv

Žeđ za rakijom je slična fantaziji

U teretnom kamionu koji juri snegu usred leta

Bile su dve usne nepismenih žena

Po ugledu na tvoje

Vera Pavladoljska.


Po nevremenu sam lovio na ruke

Med zlatnih meridijana u vodi

Opisivao oči jedne žene mesec dana

U vozovima bez reda mnoge saputnice u prolazu

Ubedio da su mi sve što imam u životu

Misleći na tebe

Vera Pavladoljska.


Pita za mene metak lutalica

Sada me pogrešno traži oko zemlje

Vučen tajnim magnetom mog čela

Napija mesec da prokaže gde sam

Zlostavlja mora, kuša vazduh i podmićuje

Ti ćeš me izdati

Vera Pavladoljska.


Traje monotona biografija sunca

Sve sijalice gore usred dana

Slovoslagači su srećni dok ovu pesmu slažu

Vazduh ne shvata da sam sebe bombarduje

Jedan od vlašića sklon je porocima

I jedni i drugi vetrovi te ogovaraju

Nekoliko država tvrdi da si njina

Ti si na svoje ime ljubomorna

Kablogrami se u dubokoj vodi kvare

Niko ne zna gde su slova tvog imena

U mrtvim i lažnim jezicima u pogrešnim naglascima

U rukopisu zvezda po nekoj samoj vodi

Ko će uhvatiti sjaj samoglasnika

Koje ptica kuka

Vera Pavladoljska.



*



La rusée voulait me surprendre

La lune au mois d’août se remplissait comme une flaque

Des arcs-en-ciel vifs s’élançaient au-dessus des lacs et des têtes

Sur les chantiers de mines de bauxite

Je prêchais à des inconnus

En ton nom

Vera Pavladoljska.


Les oiseaux ivres étaient perdus dans le ciel

La caille fonçait vers les airs

La conscience s’obombrait près des falaises

Pourchassé par des meules, des rochers et la lèpre

Enlisé jusqu’au cou dans les sables mouvants, je me souvenais

Combien tu m’aimais

Vera Pavladoljska.


Dans l’obscurité, l’obscur brillait comme un animal

Le tonnerre grondait derrière les collines

Je cherchais l’attention des ouvriers

J’admirais leur appétit colossal

Je maudissais un jeune sourd-muet

Pour qu’il prononce ton nom

Vera Pavladoljska.


Toute la journée, la lune s’était consumée dans le ciel

Recyclait ses cendres sous un faux nom

Dans l’obscurité parmi ses doubles

Alors que la musique introduisait de la neige dans les oreilles

Je jurais sur mes deux mains, surtout la droite

Que je ne t’aimais pas

Vera Pavladoljska.


Je courtisais une inconnue

Dans le canyon de la Tara près de Kolašin

Je disais des vérités dans toutes les langues

Racontais monts et merveilles pour qu’elle y croie

Pendant qu’elle était silencieuse, je me suis souvenu

Que tu avais cru à mes mensonges les plus fous

Vera Pavladoljska.


Un rossignol chantait avec la gorge d’un rouge-gorge

Tout dans ce monde me faisait penser à toi

Je me vantais que tu étais folle de moi

Que toute la plage te courtisait en vain

Que j’essayais de te faire sortir de ma tête

Mais que tu ne voulais pas

Vera Pavladoljska.


Ô tour de braises sous les yeux d’un aveugle

L’étoile contagieuse est libre de tout imaginer

Jusqu’à ce que mon parachute s’ouvre

Et alors que je chutais dans l’abîme natal

On racontait que je t’appelais de vive voix

Mais je ne l’admettais pas

Vera Pavladoljska.


Je plongeais au plus profond, fuyais dans les montagnes

Pour t’invoquer sans que personne n’entende

Superstitieux que j’étais – je demandais aux passants

La forme de ton visage

Je mourais d’envie de te voir passer près de moi toute la journée

Sans que je ne me retourne

Vera Pavladoljska.


Un courant d’air d’amour entre deux étoiles

L’épieur invisible a quelque chose à redire

La soif d’eau-de-vie est semblable à un fantasme

Dans un camion pelletant la neige en plein été

Des lèvres de femmes analphabètes

Semblables aux tiennes

Vera Pavladoljska.


Lors des tempêtes, je pêchais avec les mains

Le miel des méridiens d’or dans l’eau

Je décrivais les yeux d’une femme pendant un mois

Dans les trains sans files d’attente, de nombreuses passagères

Par moi persuadées d’être tout ce que j’avais sur cette terre

Tandis que je pensais à toi

Vera Pavladoljska.


Une balle perdue vient à ma rencontre

Elle me cherche désormais à tort dans tout le pays

Attirée par l’aimant secret de mon front

Elle enivre la lune pour révéler ma cachette

Abuse des mers, goûte l’air et le soudoie

Tu vas me trahir

Vera Pavladoljska.


La biographie monotone du soleil se poursuivait

Toutes les ampoules étaient allumées au beau milieu de la journée

Les typographes étaient heureux alors qu’ils composaient ce poème

L’air ne voyait pas qu’il se tirait une balle dans le pied

Un des sternes était sujet aux vices

Les deux vents parlaient dans ton dos

Plusieurs pays veulent s’accaparer ton nom

Dont tu es jalouse

Les câblogrammes s’effacent dans les profondeurs de l’eau

Personne ne sait où sont les lettres de ton nom

Dans les langues mortes et mensongères aux mauvais accents

Dans le manuscrit des étoiles flottant sur une eau seule

Qui se saisira de l’éclat des voyelles

Que chante l’oiseau

Vera Pavladoljska.




Traduit du serbe par Zivko Vlahovic



bottom of page