top of page
  • Photo du rédacteurTin Ujević

Tin Ujević : Pjesme / Poèmes




MRKI ČEMPRESI

Več niz uspomena iz davnine veže

stare ruševine, čemprese i zvona. Ali skromni čempres još i dalje seže;

samo mi ga znasmo tako misaona.

Najdivnije misli uvijek su se čule,

ispod nekog stabla, jasne kao lutnje.

Čempres možda štiti crtu misli tmule,

što nije za usta, zrele voćke šutnje.

Ima sveta šuma, no i stablo sveto;

sveto kad je samo; sveto stablo spasa.

Tiho, i u tihim uzdasima spêto, mrko stablo motri podnožja Parnasa.

I to nije deblo; i to nisu grane.

Oličena tuga površnosti Juga. U sliv pobožnosti sabralo je rane,

tiho, i ne pozna živahnosti ruga.

Dopuna je sjetna masline i bȍra.

Pozajmljeno možda s albuma starine.

Neizbježni ukras sredozemnih mora,

plamen jednog brida, trokut modre tmine.


Gdje su ona stabla drevnih razgovora

pod kojim su jednom sjedili mudraci?

Pod čempresom ljeti jedva ima zbora:

ne može tugaljiv on da sjenu baci,

tustu hladovinu da se pod njom sjedi, te da se iskažu šalom misli umne.

Samo čelom bola tanki čempres vrijedi;

on je lišen riječi bogate i šumne.

Malo vlage; svjetla. Pozna bor i jelu,

bukvu, hrast i jablan, topolu i tisu.

Agnus castus, javor. Mrk u svom odijelu,

potomak je drevnom, slavnom kiparisu.

... Načas bivam čempres. Ja sam taj rast mrki,

sav u se zadubljen i pun mesna mraka. Okus moje duše napitak je grki, te bol zemlje varim, taman, u vis zraka.

... Negdje usred grane — tako sanjam — puca

zeleno i zlatno i crveno voće; a rijekom se kolo djevojačko buca i pod cvijećem nudi svjetlosti obloće.

Čarni svijet je divna slikovnica boja. Ali ravnodušan za gmizanje mrava, za balavca spuža (ozbiljnoga kroja)

drugar groblja, ne zna čempres što je java.

Svejedno od živih više biljke žive, pa i stabla koja ne donose ploda, kada se uzvinu u vidike sive, barem trijezne motre što je to sloboda.


Čempresa ne mijenja hod godišnjeg doba.

Uvijek je pokriven on što nema cvijeta.

Postojan je tako taj pratilac groba, vrlo misaoni promatralac svijeta.

»Ne pokloni srce prolaznosti stvari.

Daruj, kad su stalne poput toka rijeke.

Kad su ruke pune, ti ih istovari; kad su ruke prazne, neka vijek te čeka:«

šeik Saadi zbori u svom Đulistanu. Te kada se sjetnim puteljcima nòćā,

ovdje i u gradu ja sam u svom stanu,

jer me vjerno prati čvrsti drug, Samoća.

Mirisni borici toče blagu smolu. Nema druge biljke koja toči gumu. Dok se čempres mrko suprotstavlja molu,

groblje zbira malu pokorničku šumu.

A meni su mrki vidici na umu...

Hrvatski radnik, 1943.



*


SOMBRES CYPRÈS

Les souvenirs relient depuis les temps anciens

les cyprès, les cloches et les vieilles ruines.

Mais le modeste cyprès remonte plus loin ;

Nous seuls sûmes son âme à méditer si encline.

Les plus belles pensées ont été entendues, toujours sous un arbre, comme un luth nettes.

Le cyprès protégerait-il les sentiments confus, pas faits pour la bouche, plantes fruitières muettes.

S’il est des bois sacrés, l’arbre sacré existe aussi ;

sacré si tout seul, essence salutaire. Silencieux, entravé par soupirs assourdis, l’arbre sombre qui contemple le Parnasse de son parterre.

Et ce n’est pas un tronc, pas des branches non plus.

Tristesse personnifiée du superficiel Midi. Vers une dévotion ses blessures confluent,

doucement, sans connaître la vivace moquerie.

Complément mélancolique du pin, de l’olivier.

Emprunté peut-être à un album très vieux.

Incontournable décor des Méditerranées, c’est le feu d’une lame, triangle d’ombre bleue.


Où sont donc ces arbres aux discussions anciennes

sous lesquels autrefois se tenaient les sages ? Sous le cyprès en été on discute à peine ; car incapable, triste, de projeter un ombrage,

un ombrage épais pour qu’on s’y assoie,

pour y exprimer par jeu des pensées en or.

Seul son front en deuil lui confère du poids ;

dépourvu qu’il est de parole riche sonore.

Peu d’humidité et de lumière. Il les connaît : sapin et pin,

hêtre et chêne, peuplier et if. Et avec eux l’agneau chaste, l’érable. Sombre de son crin, il descend de l’antique Kyparis fameux.

... Par moment je suis cyprès. Moi, cette taille altière,

tout concentré sur moi-même, d’un noir charnu plein.

Le goût de mon âme est une boisson amère, je transforme le mal du sol en un haut aérien.

... Quelque part au milieu de la branche, rousses

éclatent les pommes — je rêve — ou dorées ou vertes ;

dans le fleuve une ronde de filles s’éclabousse, sous les fleurs les rondeurs de lumière sont offertes.

Le monde est un livre à images charmant.

Insensible pourtant au rampement de fourmis,

à l’escargot visqueux (sérieux apparemment)

le cyprès, ami des tombes, le réel, il le nie.

Parmi les êtres vivants, les plantes encore sont ce qui vit le plus longtemps, même si stériles, et quand elles s’élancent vers le gris des horizons,

au moins elles contemplent la liberté tranquilles.


Le cyprès ne change pas au gré des saisons. Il est toujours couvert, lui qui est sans fleurs. Il est constant ainsi, des tombeaux ce compagnon,

de ce monde très philosophique observateur.


« Ne donne pas ton cœur aux choses éphémères. Donne quand elles sont stables, à un fleuve ressemblantes.

Quand tes mains sont pleines, tu les décharges, frère,

quand tes mains sont vides, que le siècle patiente, »

ainsi parle Saadi dans son Gulistan. Et quand sur les chemins en spleen tombe la nuit,

ici comme en ville chez moi je me sens, car fidèle m’accompagne Solitude, mon amie.

Les pinèdes odorantes de leur résine nous arrosent.

Suintant la gomme il n’est pas d’autre plante. Tandis qu’au môle couché le cyprès sombre s’oppose,

le cimetière rassemble sa forêt pénitente.

Et moi, des sombres horizons me hantent...

1943






ODMAZDA CVIJEĆA

Ranjavaju me mirisi i duhe, i tamni plamen pogažene trave. I patim radi žute biljke suhe,

nemir u srcu, strepnju, i bol glave;

a kada kitu pohranim u vodi,

duša je cvijeća ubod nove rane; i cijela bašta u novu čežnju plodi,

i cijela zemlja u mirluhu plane.

I kako zadah prama ženskih kosa

šara mi živi oblik cijele žene,

tako mi mrtvi listak vrućih rosa

čara opojnost širom Vaseljene.


*


LA REVANCHE DES FLEURS

Je suis blessé par les parfums et les senteurs par la flamme assombrie d’une herbe piétinée.

L’aspect d’une plante sèche recrée dans mon cœur

des inquiétudes, rappelle angoisses et céphalées ;

mais quand je conserve un bouquet dans l’eau, l’âme des fleurs devient pointe d’une toute autre blessure :

et tout le jardin fructifie vers un désir nouveau, et toute la terre s’enflamme en parfum pur.

Et de même que l’odeur des cheveux féminins peint pour moi la forme d’une femme vivante entière,

une feuille morte, pour moi, sous la rosée du matin,

suscite la fragrance s’étendant dans l’Univers.





STABLA PO ZIMI

Ta stabla pod snijegom, sva ogòljela,

jednom je moja duša voljela, dok se nisu razboljela. A sada, možda, manje im se divi, ali ih više ljubi i grli

i poklonički čàstī.

Ta ipak, kako su divni ti kosturi! Mili su nam kao uzvišene starosti mudrácā

ili prolazne nedaće drugih, mlađih bića.

Onaj studeni, ledeni srh što njih zebe,

steže i muči sve nas, mene, tebe.

Prutići tako vješto nacrtani,

tankoćutne i točne grančice drva

bez jednoga lista još su ures grada, oslon živícā,

zanimljivosti ceste. Kada ih vjetrić dirne, s grane će prahati snijeg.

Mi tugujemo s njima. Te gole grane osjećamo kao svoje rane. Samcu prave društvo na ulici, brate se s beskućnikom. Studen ih grči, vjetar pahùljice stresa,

studen i vjetar, strepnje našeg mesa.


*


LES ARBRES EN HIVER

Ces arbres sous la neige, tout dénudés,

mon âme déjà autrefois les avait aimés,

jusqu’à ce qu’ils tombent malades. À présent, peut-être, elle les admire moins

mais elle les aime plus et les caresse et les honore en pieuse pèlerine.

Car, quand-même, ne sont-ils pas beaux ces squelettes ! Ils nous sont chers comme les sublimes vieillesses des sages

ou les malheurs éphémères des autres êtres, plus jeunes. Ce frisson, qui les gèle, glacial et froid, étreint et tourmente nous autres aussi, tous, moi et toi.

Ces bâtonnets si bien dessinés, les rameaux sensibles et précis des arbres même sans aucune feuille restent l’ornement de la ville, l’appui des nerfs, le côté intéressant de la chaussée. Quand le vent les touchera, de leurs branches s’envolera en poussière la neige.

Nous sommes tristes avec eux. Ces branches nues nous les sentons comme nos propres plaies. Ils tiennent compagnie au solitaire dans la rue, ils fraternisent avec le sans-abri. Le froid les recroqueville, le vent ôte les flocons dont ils sont couverts,

le froid et le vent, angoisses de nos chairs.








VISOKI JABLANI

Oni imaju visoka čela, vijorne kose, široke grudi;

od gromora njina glasa šuma i more se budi, a kada rukom mahnu, obzori svijeta se šire i bune, i prodiru ùvīs, u etíre.

Ali, za svoju snagu oni su zahvalni patnji,

bijedi, sužanjstvu, gladi i njinoj crnoj pratnji.

Oni imaju snagu vjere što živi u smaku i vrelo svjetlosti što tinja u mraku i sunce u obláku...

Oni imaju polet orlova, srčanih zračnih ptica,

oni poznaju pjesmu naših najdubljih žica,

uzdušni piloti, nebeski piloti, zȁ svijet u slobodi, zȁ svijet u ljepoti, ljudi svojih djela, djeca svojih ruku,

rođena u plaču, sazrela u múku.

Njina muška desna neprestano zida

dvore čovječanstva. Dom Prometeídā!

I gdje tinja savjest, kao iskra sveta

okò njih se kupi orìjāškā četa za slobodu prava.

Ali u samoći njihova je glava

ispravna i čista povrh mračne rulje

gdje ih ne razumiju glupani i hulje,

kao vršak divnih, zelenih jablana,

režući do munje vedri obzor dana.



Tako, ùistinu, dò njih vȍdē púti,

gdje se pojas rijeke u dolini sluti,

gdje se sitno cvijeće plavi, ruji, žuti;

nagnuti u ponor, nebeskoga svoda

dok crvena jesen drumovima hoda.

Mi stupamo bijelim dolom u tišini, oni, sami, gordi, dršću u visini, muče žednu zjenu ili revnu opnu; što ne mogu, što ne mogu da nas u vis popnu.

Povrh njina vrška gdje se pjesme gnijezde

samo vile lete, ili bure jezde; a nad njima sunca: samo zvijezde, zvijezde!

1922. Putevi, Beograd, 1922.





LES PEUPLIERS ÉLANCÉS

Ils ont des fronts hauts, des cheveux ébouriffés, des poitrines immenses ;

le bruit de leurs voix éveille la forêt et la mer, et quand ils déplacent leur main, les horizons du monde avancent et se révoltent, et pénètrent vers le haut, dans les éthers.

Mais pour leur force ils sont redevables à la souffrance, à la misère, la détention, à la faim et leurs noires séquences.

Ils ont la force de la foi qui dans la débâcle survit,

possèdent dans le noir la source de lumière qui luit et le soleil derrière le nuage tapi...

Ils ont l’envol des aigles, oiseaux aux vols hardis et longs,

ils connaissent le chant de nos nerfs les plus profonds,

pilotes de l’air, pilotes par le ciel hantés, vers un monde en liberté, vers un monde en beauté,

hommes de leurs propres œuvres, de leurs mains la créature,

nés dans le pleur, dans le silence devenus mûrs.

Leur mâle dextre érige sans arrêt la demeure des Prométhéides, palais de l’humanité !

Et là où luit la conscience, étincelle sacrée, autour d’elle s’assemble énorme une armée pour la liberté et le droit.

Mais dans la solitude leur front est droit et pur au-dessus de la cohue noire où ils ne sont pas compris par les sots et salopards.

Telle la cime des magnifiques peupliers verts qui coupe l’horizon clair du jour jusqu’à l’éclair.







MASLINA I SMOKVA UZ MORSKU OBALU

Primorje: snena povorka zvonika,

Podnevi bjesne svi u jednom času, a kao tutnjava mjedi ispred spomenika

zvon uskrsa pali grom kroza kam u glasu.

Primorje nije samo varav lanac slîkā.

Šute male crkve s mnoštvom Bogòrodīcā

i bezbrojna groblja ispod kìparīsā. I kolibe sitne skromnih pòrodīcā i gradski arhívi požútjelīh spîsā.

Primorje je dnevna služba svetih mîsā.

Ugodna je šetnja sjenom samostana,

pogledi na zdanje što ga more grize.

Smotati u torbu šaren lanac dana, pásti oko mirom viđénjā što klize.

Prijazno je pûsti klisom morskih strana.

Na tom mrtvom suncu primam svijet ko jeku,

talasavu žurbu sna i zaborava. I pustimo sjenu spodoba u vijeku, da ko sjaj bunara u savjesti spava, jer od mirisa mi pada teška glava.


Primorje je preliv, nježna svila plava,

val i nebo modro od bezbroj aršínā.

Siti umor svjetla i lazurna strava,

logor trudnih boja, sânja baldahínā.

Slatko je i žarko kao čaša vina.

No tu ì jā sanjam rub starih bunara,

kamen tog okvíra na drevnome zdencu.

U zraku prikaza snòhvatice para, po tlima zle trave i cviječe u vijencu.

Škrta voda moćne čarolije čara, a kap čiste vode dušin melem stvara.

Biline su vruće, plamenovi žara. Ja sam cvjetni pelud i lahor bez jara.

Ovdje nema munje da tišinom hara.

Nema bijesna vjetra da mi drijemež para,

i od pamtivijeka žal je slika stara.

Razglednica. Mlaki zefir šaptom razgovara,

čeznutljiv je treptaj zvučnih kolobara. — O ta mahovina. To je starost meka. Ja sam trudan putnik iz svijeta daleka što pruženom rukom štap lutanja čeka!

— Gledam Primorje: niz bijelih zvonika.

Hrvatski narod, 1943.



*



L’OLIVIER ET LE FIGUIER AU BORD DE LA MER

Le Littoral : un cortège de clochers, somnolent. Juste au même moment tous les midis se déferrent et comme un grondement de cuivres face au monument dans le roc la cloche pascale déclenche un tonnerre. Le Littoral n’est pas une chaîne, trompeuse, d’images seulement.

Les petites églises se taisent avec force Vierges célestes

et les cimetières innombrables sous les cyprès assoupis.

Et les masures minuscules des familles modestes et les archives citadines aux chartes jaunies. Le Littoral : des saintes messes, des quotidiennes liturgies.

Par les ombres de vieux couvents agréables le parcours,

les regards sur l’édifice rongé par la mer. On enroule dans un sac la chaîne variée du jour, on laisse l’œil se repaître de mirages qui calmes errent.

Par les rochers marins il fait bon faire un tour.

Sous ce soleil mort, en écho je saisis le monde,

ondoiement hâtif de rêve et d’oubli. Laissons l’ombre des semblants du siècle en ronde

dormir dans la conscience tel le brillant d’un puits,

car à cause des parfums ma tête, lourde, dévie.







GRUDA ZEMLJE

Kućice na žalu, kao figure u dominu,

četvrtaste gledaju modru vodu.

Starodrevne vatre gore u kaminu,

sela očekuju rodu.

Na moru lupaju vesla. Jedra:

bijeli trokuti na plavome valu.

Iz bunara na konopcu vjedra,

a kupačice vitke na žalu.

Dreče derneci, i kola se viju,

pri piću se kupe zajednice,

iz bukare teška vina piju, u puru se zabadaju žlice.

Ražanj se vrti sa zlatom jaganjaca,

i ovna peku Gospodu u slavu.

Crvena vatra plamen strave baca,

momci s iskara uklanjaju glavu.

Pune seljanke čerupaju vunu, mladići skaču preko ognja brda: a ono što se širi, diše, što vole i kunu,

tek je crna zemlja, zemlja, gruda tvrda.



*



LOPIN DE TERRE

Des maisonnettes au rivage, figures blanchâtres de domino, rectangulaires, regardent la mer sagement.

Les feux à l’ancienne brûlent sur les âtres, les villages attendent le retour du printemps.

En mer frappent des rames. Des voiles sur l’eau :

des triangles blancs sur du bleu céleste. Au puits à la corde pendent des seaux, sur la plage il y a des baigneuses lestes.

Foires tapageuses, évoluent les rondes, les gens se groupent autour des bocaux en bois,

ils boivent du vin lourd, se le passant à la ronde,

on enfonce des cuillers dans la polenta.

L’or des agneaux grille sur la broche tournante, on grille aussi le mouton à la gloire du Seigneur.

Le feu rouge projette des flammes qui épouvantent,

des escarbilles brûlantes les garçons ont peur.

Des paysannes cardent la laine et la lissent et les jeunes gens sautent par-dessus les feux ; mais ce qui s’étend, respire, ce qu’ils aiment et maudissent,

c’est au fond la terre, terre, lopin dur de terre à eux.






SVETKOVINA RUŽA

Berite ruže, djevojke, da bi vam danas sjale, taj zbogom mladosti, u ovom hladnom gaju. Ruže su svete varnice što su zàvrcale iz dna duša vaših trepetljivih u ovom razbludnom maju.

Rúže su mûnje míslī, one su ȕ srce strijèla,

ruže bogate, besplatne, u bašti na ivici druma.

O ruže su kâd nebeski, one su oko vidjela, i muzika prirode s mirisom jezovitih šuma.

O ruže, da izdahnu raskošno u dragoj hladovini

kao tren najljepši i najkraći u viru varavih mrena.

Ruže, da bi bile pozdrav milosnom suncu u dolini

i šetnja razdragana do zadnjeg praga sjena.

Ruže su jezik ljubavi u spomenaru sreće. One su kao svježi blijesak svjetlosti u bistrom zdencu.

Ko se za život rađa, gine za mladost, da meće na čelo ruže poizbor u ganutome vijencu.

Neću da laskam strahu zarobljenika vaših

da ne bi ruže s oltara na krvavome bridu

služile kao ures koji ih grobom plaši u sladostrasnom i crvenome vidu.

Ruže vjenčanja da nisu čempres za mrtve!

One pomiruju krotke i naprasne, one

nježnošću daha otkupljuju sve žrtve i one u struji krvi kao žmarak romone.


Ja plačem za ružom. U oleandru cvjetam

što nije ni lovor ònō ni ruža tišinā. Ali iz čaše ružin pjan pogled sretam: cvijet oleandra prebojen u rujnoj kápi vina.

Neka pljušte ruže sa stropa, danas, u svetkovini!

Ruže sa krova, ruže s nebesa, ruže iz bašta. Neka pljušte ko kiša, ko vjetar, ko gnjev u prašini

ruže iz istine, ruže sa zvijezda, ruže iz mašta.

I da nam začepe usta, i da nam zaklope oči

ruže pijane, ruže očajne, ružini vrti. S cjelovom koji golica te se nečujno toči

kao dolazak kratke i sasvim prividne smrti.

Da panu kao pehar iz máglā priviđenja, da planu i da zgasnu, i da ničem služe. O gladi, o zoro i sutone cvjetni u biću što se mijenja,

berimo, kidajmo vijence! Pijmo, pijmo ruže!

Blagoslov ružama polja i cijelom ružinom rodu

što je vrebao tajne mladosti sunčeva boga: one nas najbržom vožnjom dovode u slobodu,

one su dar zemaljski i kovčeg zavjetnoga.

Pjesme trebaju ruža, a ruže svojih pjesama,

sve što trenutak nudi, a što najdublje pruža.

To su mlazovi himne iz lȕčē biljnih česama,

o anđele, siđi i otpjevaj vječne litanije ruža.

Na tvoje glasove, i protiv nȅčīsti već dòtrajalīh dánā,

past ću kao učaran i s tobom ću hvale reći tom rasipanju sreće i kupanju sred tamjana, i, pred zavjetom ruža, tek jednom, pobožno kleći.


Da bi nam bile uzor, umjesto žamora riječi,

što treba biti plȁmen i skroman; te razàpēti i òtkinuti s grma da razlog nam ne priječi sve nȁ dār, primjer, s ružom živjeti i umrijeti.

Što više ruža! Za pjanstvo i ludilo njih,

što više ruža, i s njinim trnom i dračem.

Ja ih ù kite svih, te ih ȕ grūdi skrih da s ranom kličem i da s dragošću plačem.

Što više ruža! Njih! Što više ruža svih!

Prosveta, Kalendar, 1931.






LA FÊTE DES ROSES

Cueillez des roses, filles, pour qu’elles brillent aujourd’hui,

en adieu à la jeunesse, pour vous dans ce bosquet frileux.

Les roses sont un envol d’étincelles qui jaillit du fond de vos âmes trépidantes en ce Mai voluptueux.

Les roses, éclairs de pensées, dans le cœur une flèche meurtrière,

les roses sont riches, gratuites, au clos près de la route visibles.

Oh les roses sont l’encens des cieux, l’œil de la lumière, la musique de la nature, parfum des forêts horribles.

Roses, puissent-elles somptueuses expirer dans l’ombre aimée tel le plus beau des instants, le plus court, au milieu des remous sombres.

Roses, puissent-elles être un salut au soleil plein de grâce, en vallée, et une promenade jusqu’au seuil extrême des ombres.

Langage de l’amour dans un album du bonheur, les roses

sont comme le reflet de lumière dans un clair puits. Qui naît à la vie et périt pour la jeunesse, qu’il pose

autour de son front une couronne de roses choisies.

Je ne flatterai pas la peur à laquelle vos captifs succombent

pour que les roses d’autel, telle une lame sanglante, ne servent pas d’ornement qui les menace de tombe sous une forme voluptueuse et rougeoyante.

Les roses, nuptiales, ne doivent être un cyprès pour les morts !

Elles réconcilient les doux et les violents, elles sont par la tendresse de leur haleine racheteuses des victimes du sort

et ronronnent en circulant dans le sang comme un frisson.


Je pleure après une rose. En laurier-rose je refleuris qui n’est ni laurier ni rose des silences sans fin. Mais dans mon verre c’est le regard ivre de la rose que je saisis :

la fleur du laurier-rose repeinte au rouge du vin.

Qu’elles tombent à verse des combles, aujourd’hui pour la fête ! Les roses du haut des toits, des cieux, et celles des jardins fleuries.

Qu’elles ruissellent comme la pluie, et le vent, la poussière d’une rage secrète, roses venant de la vérité, des étoiles, des rêveries.

Et qu’elles nous bouchent les bouches et qu’elles nous ferment les yeux,

roses ivres désespérées, les jardins en or, par le baiser qui effleure et imperceptible se meut comme la venue d’une courte et apparente mort.

Qu’elles sortent comme un calice du brouillard des mirages, qu’elles s’enflamment et s’éteignent, sans servir à quelque chose. Ô faim, ô aube et coucher du soleil floral dans un être en virages,

cueillons, déchiquetons les couronnes ! Et buvons, buvons les roses !

Bénédiction aux roses des champs et aux roses de toute sorte

qui volèrent au dieu solaire les secrets de jouvence : c’est elles qui le plus rapidement à l’état libre nous transportent

elles sont don de la terre et de l’arche d’alliance.

Et les chants ont besoin de roses et les roses qu’on les chante, besoin de tout ce qu’offre chaque instant, tréfonds des choses. Ce sont les jets d’une hymne sortant des torches-fontaines de plantes,

ô ange, descend, entonne les éternelles litanies roses.

Aux sons de ta voix, contre l’impur des jours qui ont fait leur temps,

je tomberai comme charmé pour accompagner tes louanges à cette profusion de bonheur, à ce bain dans l’encens, afin qu’aux vœux de roses enfin à genoux je me range.






BURA NA BRAČU

U prozore i vratnice

lupa bura tmurnih ura;

dršću male dvokatnice.

Bura. Bura. Bura. Bura.

Kao misli zlopatnice,

kao duše sve patnice,

u pjesmi bez riječi

struje hladni žmarci u kuće bez peći; tresu male dvokatnice,

u prozore i vratnice.

Jauču šumarci.

Uz obalu stabla gura. Vjetar gruva, grmi: hura! Ko bi zvučna duša bila

razapeta povrh krova?

Odgonetah: ti si vila Mosora i Biokova. Ti se žičiš zvonkim staklom, ti si jecaj tog konopca, a nad morskim bijelim paklom

gordi polet divljeg kopca,

oblik lađareva ropca.


*


LA BORA À L’ÎLE DE BRAČ

Contre fenêtres et chambranles, aux heures sombres elle frappe déjà,

les petites maisons s’ébranlent : la bora, bora, bora.

Comme certaines pensées en sangles,

comme les âmes qu’on étrangle,

les frissons ainsi dévalent, sans paroles, par ce chant. Froids ils forcent les pièces sans poêle

et ils secouent et ébranlent les fenêtres, les chambranles.

Geignent les broussailleux bois.

Et les arbres, au rivage, plient sous le vent qui gronde, enrage !

Comme une âme qui, au toit, serait tendue, rendue sonore ? Je devine : tu es la fée du Biokovo, du Mosor, fil de fer frappant du verre, le sanglot de ce cordage, sur le blanc enfer de mer l’essor fier d’un vol sauvage, râle du marin en naufrage.







DAŽD

U obilnim mlazovima

iz teških oblákā liva se gusta kiša.

Toči kao iz kabla

na livade, na voćnjake, na pašnjake; ali, nadàsve, lupa na naša stakla,

kuca na naša vrata,

bije nam o krovove.

I zvuči, i svira, u svim jezicima, u čudnim narječjima,

nasilna, sveplodna kiša.

A njen je zvuk

sladak sluhu kao čehulja grožđa

usnicama.


Jutros je varoš bila čista ko svečana slika, u smeđem, osvjetljenju što padaše s neba na ulice i trgove, te smo šećući posred kestenóvā

tugovali, žalovali, blago, bez žalosti, bez tuge: dolazi, dolazi ona divna zagrebačka jesen.

I mučilo nas što naši mrtvi nisu s nama da vide novi Zagreb, ljupku Hrvatsku.

A sada kiša

teče i zvuči; kuca o naše prozore kao jato golih tića što cvrkuću, što izdišu. Kiša je isprala sve grane

na stablima i sad je lišće svježe zeleno,

a kuće opet čiste i crvene.

Slatko je pisati uz romon dažda.


Kiša rominja,

glogolji,

žamori; kiša jadikuje;

mijenja pravac,

vraća se,

bugari, i opet sipi i sipi na dvorišta gdje stvara mlake,

na krovove gdje teče u žlijeb;

kiša jednolično svira kao lučac o zvonku staklu po stablima, po brijezima, po živcima, po srcima. Kȉša kíšī i kíšī i prestaje da kíšī; a onda otiče cestom.

A onda kao miris dunja

kroz vidik rosnih bregóvā

hrvatske domovine javlja se čežnja za plavim morima, za novim nebištima,

za širim obzorjima.

Bûdī kiša sve što u nama drijema;

drâgā kiša sve što u nama plače;

tješi kiša sve što u nama cvili.


Ovako je mi nekada, pjani, slušasmo,

kroz lahore borika na brijegu Màrjanu

gdje sprema svoje harfe i svoje svirale

za naše duše dirke, za svoje strašne svirke,

leleke, i duduke: o mi smo slušali kišu

po danu i po noći gdje rida sladostrasno,

gdje kida u nama kao rđavu strunu sve što trebaše da pukne.

Ali draža no ona kiša u noći čûtā iz topla kreveta za bura teče na njivu duše ova topla kaplja

Milosti, Dobrote, Oproštenja; plače nas, draga nas, curi na nos, milosna, dobrosna, svjetlònosna, zagrebačka kiša.





LA PLUIE

En jets abondants

descend des nuages

lourds une pluie dense.

Elle coule à verse

sur les prés les vergers les pâturages ;

mais surtout elle frappe nos vitres,

bat à nos portes,

martèle nos toits. Et sonne, et joue, musicienne en toutes langues,

en patois bizarres, violente, fécondante pluie.

Et le son à elle est doux aux oreilles,

comme une grappe l’est aux lèvres.


Ce matin la ville était propre comme une image solennelle,

en éclairage brun qui tombait du ciel sur les places et les rues, et en promenant parmi les marronniers

nous étions tristes et affligés, doucement, sans tristesse, sans affliction : il arrive, arrive ce merveilleux automne de Zagreb.

Et il nous torturait que nos morts ne soient pas avec nous

pour voir le nouveau Zagreb, l’aimable Croatie.

Et là la pluie coule et bruit;

frappe nos vitres,

volée d’oiseaux nus

qui gazouillent, qui expirent. La pluie a lavé toutes les branches sur les arbres et les feuilles sont maintenant fraîchement vertes

et les maisons de nouveau propres et rouges.

Il est doux d’écrire au son de la pluie.


La pluie bruine,

gazouille, bruit; la pluie se plaint,

change de direction,

revient, se lamente, et de nouveau tombe et tombe sur les cours où elle fait des flaques, sur les toits où elle coule dans les gouttières :

la pluie joue monotone comme archet sur vitre sonore sur les arbres, sur les monts, sur les nerfs, sur les cœurs. La pluie pleut et pleut puis cesse de pleuvoir ; et s’en va par les routes.

Et alors comme une odeur de coings

à travers l’horizon des monts arrosés

de la patrie croate apparaît la nostalgie des mers azurées, de nouveaux cieux, d’horizons plus larges. Elle éveille, la pluie, tout ce qui sommeille en nous ;

caresse tout ce qui pleure en nous ; console tout ce qui en nous geint.


C’est ainsi qu’autrefois nous autres, ivres, l’écoutions à travers les vents légers de la pinède au mont de Marjan

accorder ses harpes et ses flûtes aux touches de nos âmes, pour ses terribles musiques, ses plaintes et scherzos : et nous écoutions la pluie nuit et jour sangloter voluptueusement, couper en nous comme une mauvaise corde tout ce qui devait être rompu.

Mais plus chère que cette pluie nocturne,

entendue dans un lit chaud pendant la bora, sur le champ de l’âme coule cette goutte chaude

de la Grâce, de la Bonté, du Pardon ; elle nous lave, nous caresse, sur nous goutte, pleine de grâce, porteuse de bien, porteuse de lumière, la pluie de Zagreb.







MOLITVA IZ TAMNICE

Uspomeni Rinde Radulovića

Beskrajni Bože, što na plavom svodu

zlato i srebro noćnih zvijezda pališ,

čuješ li gdje ti na prljavu podu leleče ljutu molbu sȑvān màlīš?

U noći kad sam očajnički bdio s pogledom rujnim povrh vlažna stropa,

kad sam u ognju bolnih mašta snio

zvuk pjesme bune ili gromor topa,

koliko puta iz te crne jame podigoh nebu ruke pune gnjeva koliko puta povrh oštre slame

provrištah mržnjom svetih hvalospjeva!

Ako li žrtva mesa ili kosti

spasenje može robova da kûpī,

gavranu dat ću da se njome gosti

i gladnom crvu četvrt srca skȕpī.

Ako te grudi, ìl te oči bistre, treba da kljunom svirep jastreb kljuje,

i da me memla, ili bitka istre, neka! o neka! samo Bog da čuje!


Za pir i raskoš ljubavi budućih, za zelen trave i za zlato žita, za slavnu vatru poljubaca vrućih, za vino pjesme, zȁ zvūk što mahnìtā

— i zà sve žetve ponosne i lijepe

i zà sve berbe blažene i čiste, evo ti nuđam poklon volje slijepe

i svijetlih želja gorde ametȉste.

I moja pluća, bubrege i jetra, i moje kosti, živce ili kožu,

pružam za iskru plamenoga vjetra

stavljam na oltar žrtvenomu nožu.

Neka od tijela ne ostane praha,

neka od duše ne preteče plama;

neka u požar nestane mog daha

a povrh lijesa bude vječna tama;

i neka čemer potone u dimu, a plavi sanci u zelenoj travi, no samo, Višnji, živom pòbratimu

kandilo svoje milosti objavi.

Razgali svijetu bagrenu slobodu,

i čudo stvari što se sebi dive,

ozari plavet i obasjaj vodu,

razderi zorom horizonte sive;

i, kada bljesne mlada želja ljúdi,

tetive napon u poletu luka, pod trudnu šiju uzglavlje posudi,

nad muško tjeme gizdu slavoluka.


Pokaži što je Vasìono Právo, i nemir znati, ili Ljubav moći, i volja ići, ići tvrdoglavo pod žegom sunca i svježinom noći.

Mermera pokoj, žubor vodoskoka

otkrij za blijede, sanjarske mjesece;

a Eden uha i muziku oka spasi za novi osmijeh naše djece.

A kada spane ova crna ljaga i radost zblaži svelo lice Hrista,

blažena bit će otkupljena vlaga

i kužna plijesan zasjati će čista.

Znam da ću dotle ostati bez glasa i da će grobom biti mračna jama; no zbòg tog svetog, zbòg tog slavnog časa

blagòsiljēm te s ovim verigama.

Jer će u vrtu da pobjedni lovor i nježna mirta da upored cvjeta;

jer će da slavi oslobođen govor

vječitu mladost i nevinost svijeta.

Pariz, 1917. Zabavnik, Krf, 1918.





PRIÈRE DU FOND DE LA GEÔLE

En souvenir de Rinde Radulovića

Immense Dieu, toi qui sur la voûte d’azur

allumes l’or et l’argent des astres de nuit,

entends-tu la prière que sur le sol impur

en lallations exhale le bambin détruit ?

Dans la nuit, quand je veillais, en désolation,

le regard rouge fixé sur l’humide plafond,

quand dans le feu de douloureuses visions je rêvais la révolte et le tonnerre du canon,

que de fois de ce trou noir j’ai élevé

vers le ciel les mains gonflées de rage

que de fois sur la paille acérée

j’ai hurlé ma haine en pieuses louanges !

Mais si le sacrifice de la chair ou des os du salut des esclaves peut être racheteur, pour son régal volontiers je les donnerai au corbeau

et au ver affamé un quartier de cœur.

Et si un vautour cruel doit becqueter ce sein ou ces yeux naguère pénétrants, si la lutte, l’humidité doivent m’écraser,

soit ! Pourvu que Dieu entende l’impétrant !


Pour les noces et les fastes des amours futures,

pour le vert des herbes et pour l’or des blés

pour le feu glorieux des baisers brûlures pour le vin du chant, pour le son follet,

— et pour toutes les moissons fières de leur beauté

pour toutes les vendanges, chastes et bénies, je t’offre le don d’une aveugle volonté et les superbes améthystes du désir qui luit.

Et c’est ainsi que mes poumons, mes reins et mon foie,

et mes os, et mes nerfs avec toute ma peau, je les tends pour l’étincelle du vent qui flamboie, je les expose sur l’autel au sacrificiel couteau.

Pour que de ce corps ne reste même pas de poussière vaine,

pour que de cette âme ne subsiste plus de flamme ; pour que dans un incendie disparaisse mon haleine et au-dessus du cercueil s’étende une ombre infâme :

et que le mal amer s’éteigne en fumant et les rêves bleus dans les verts espaces pourvu que, ô Très-Haut, au confrère survivant

seulement tu manifestes la lueur de ta grâce.

Dévoile au monde la liberté pourprée, oh le miracle des choses qui s’admirent elles-mêmes,

éclaire tout l’azur et illumine l’eau, déchire de ton aurore les horizons blêmes ;

et quand aura éclaté le jeune désir de l’homme,

comme l’élan de l’arc à la corde trop tendue,

sous la nuque fatiguée glisse un coussin, et un arc de triomphe érige au-dessus.


Montre ce que c’est le Droit au Firmament et l’inquiétude de savoir, ou l’Amour du pouvoir,

la volonté de marcher, marcher obstinément sous la chaleur du soleil et la fraîcheur du soir.

Découvre la paix du marbre, le jet d’eau qui bruit

pour les lunes pâles, pour les lunes rêveuses ; et sauve la musique de l’œil, l’Éden de l’ouïe pour que nos enfants sourient à une nouvelle berceuse.

Et quand sera tombée cette ombre tachetée et la joie illuminera la face du Christ Sauveur,

bénie sera l’humidité qui aura tout racheté et la moisissure infecte brillera dans sa candeur.

Je sais qu’à ce moment je n’aurai plus de voix et que ma tombe sera un fossé en terre, mais pour ce moment sacré, ce moment de gloria

je te bénis avec les chaînons de ces fers.

Car dans le jardin le laurier de victoire et le tendre myrte fleuriront à la ronde, car la parole libérée chantera la gloire de l’éternelle jeunesse, de l’innocence du monde.


1917






BOŽANSKA ŽENO, GOSPO NEPOZNATA

Božanska ženo, gospo nepoznata,

dokle, i kamo, mene misliš vući?

Hora je došla te ja moram tući

zlatnim zvekírom na bešćutna vrata.

Od tvojih čarī i od bljeska zlata, od dvora strepim kuda imam ući, a krto srce moralo bi pući bez tvog osmješka, besmrtna Beáta.

Dok sjaju sunca i blijedi mjeseci,

snatrim o zmaju ispred tvoga praga

i zlatnom klasju u toj mekoj kosi.

I preklinjem te: Nepoznata, reci,

kakva te tuga iz daljine drâgā, i još mi reci, gdje si, što si, ko si? —

(Kolajna, pjesma broj IX)




*



FEMME DIVINE, DAME INCONNUE, MYSTÉRIEUSE

Femme divine, dame inconnue, mystérieuse,

jusqu’à quand et où entends-tu m’entraîner ?

L’heure est venue enfin où je dois frapper

avec un heurtoir d’or à ta porte affreuse.

Le brillant des ors de ton palais, charmeuse,

me fait trembler juste quand je dois entrer,

et mon cœur fragile pourrait éclater sans ton sourire, Béatrice, l’heureuse.

Que le soleil brille, ou la lune, la nuit, je pense au dragon, dur gardien de ton seuil,

à tes doux cheveux et à leurs ors d’épi.

Je t’adjure : Inconnue, parle-moi et dis

quelle affliction de loin te caresse ? et veuille

le dire encore : où es-tu donc, quoi et qui ?







DOBRINA ZVÓNĀ

Zvuk poznatih zvona cio grad razume

i svak shvata čežnju, što bi reći htjela,

pa kad tanko jekne bronza nevesela,

zamrače se starci i sve dobre kúme.

Duše mrtvih koje preklinju i kûmē

muzičkim vjetrićem ljube živa čela:

smrt ljepótā prošlih žali varoš cijela

i ta žalost časa ulazi i ú me.

Ulijeće u sȑce na krilima zvuka

i donosi pjesme i varave dúge

što sjahu u ȍku umrloga puka.

Dȍbrā zvòna nose olakšanje tuge

i sa uspomenom tuđih bîlīh muka

sjećaju me: sine, misli i na druge.

Bosanska vila, 1912.



*



LA BONTÉ DES CLOCHES

Le son des cloches connues, toute la ville le comprend,

chacun saisit ce désir et ce qu’il voudrait dire, et quand le bronze triste se met à retentir, les vieux tous s’attristent, toutes ces bonnes gens.

Les âmes des défunts qu’ils invoquent en priant

embrassent leurs fronts vivants d’un vent, musique de lyre,

la ville pleure le sort des beautés qui partirent et cette tristesse de l’heure m’envahit autant.

Elle pénètre dans mon cœur par le son ailé et apporte les chants, les arcs-en-ciel trompeurs

qui brillaient autrefois dans les yeux des enterrés.

Les cloches, bonnes, apportent un baume aux douleurs

et avec le souvenir des peines qui ont été me rappellent : ô fils, pense, tu es des leurs.

1912




*



traduit du croate par ¬

Jugoslav Gospodnetić


dessins ¬

Pierre Vella



*



in : Tin Ujević : La Fête des roses / Svetkovina ruža. 42 POÈMES ・ 42 PJESME

uskoro dostupno kod / prochainement disponible chez DOMINIS PUBLISHING














Mots-clés :

Comments


bottom of page