top of page
  • Photo du rédacteurMehmed Begić

Pays non-alignés 4/4










Mémoires d'un genou ivre                        

Destruction du genou droit

démontre sans équivoque

que la discipline n'est pas le seul problème du corps

cela confirme aussi que nous ne nous rencontrerons pas

Au bord du fleuve, plus jamais comme ça :

je cours le long du rivage

suivi de ton regard !

Une vingtaine d’années plus tard, j'ai réalisé

que sur le balcon de ma mémoire

tu n’as jamais été.

Ce n'était même pas ton balcon.

Comment expliquer la vérité au frisson érotique

de mon ancien genou ?

Que faire de l’image au bord de la rivière

dans la ville entre les guerres

pendant qu’au passage les épaules 

de futurs incendiaires et voleurs de chevaux se frôlent ?

Mon genou en ruine

ne veut rien avoir à faire avec ça

et conformément à cette décision, il se rend

au comptoir improvisé de la plage caribéenne.

Aucun rêve de quoi que ce soit

À l’exception de tout

Ce qui se passe juste dans le champ de vision.

 



Je suis tombé par terre                                           

Je suis tombé par terre

me frappaient

au moins cinq paires de chaussures :

noire

rouge

en cuir

des Doc

baskets

ça faisait mal au début

horriblement et insupportablement

éternellement

et effrayamment

jusqu’à une 

explosion dans ma tête

et la douleur devint presque

douce

Les coups n'arrêtaient pas d'arriver

de tous côtés

Ils me

touchaient

précisément dans la tête

dans la poitrine

dans l'estomac

je sentais la casse

de mes os

Les doigts se cassaient

et les yeux devenaient plus

lourds

j'ai entendu un cri

de leur euphorie

je savais que la fin arrivait

et c'est pourquoi

je les ai rejoints moi-même

par la pensée

en arrachant

mon propre cœur

chirurgicalement à fond

précisément et durablement

Puis tout s'est arrêté

 



Suzanne m’emmène                                   

katarina 

est suzanne

sanja est suzanne 

ana est suzanne 

barbara est suzanne

diable

d'un coup

tellement d'elle

partout où je tourne

suzanne

tout autour de moi

partout où je regarde

partout pareil

seule

solitaire

attend que je vienne

que je lui parle

suzanne sait

qu'à cause d’elle

je n'ai personne

 


 

243ème chœur


À Marko

                                     

Jack est mort

C'est la pensée

qui me terrifie

dans ces limpides

nuits

Jack est mort

et je marche

en rythme

Des pas Monk-Gillespie-Parker

perdants de futilité

qui lui a

arraché le foie

Et je répète

Sans arrêt

Jack est mort

Jack

est

Jack

mort

est

Jack

Est Jack



traduit par Tamara Radovanović


*


Mehmed Begić, né en 1977 à Čapljina en Bosnie-Herzégovine est poète et l’un des fondateurs et rédacteurs du magazine littéraire de Mostar “Kolaps – guide pour des somnolants urbains”. Il a publié les recueils de poèmes suivants : “En attendant le boucher” (2002), “Poèmes de chambre” (2006), “Une balle parfaite à l’estomac” (2010), “Heures tardives à Managua” (2015), “L’homme dangereux” (2016), “Le temps de morphine” (2018). “Lettres de Panama : jazz de détective” (2018), “Pays non-alignés” (2019), “L’obscurité sauvage” (2020), “ Lettres de Panama ” (réédition, 2021), “L’araignée dans la mescaline” (2021), “Bebop / Hypnose” (2021). Sa traduction des poèmes de Leonard Cohen a été publiée dans le livre “Ma vie d’artiste”, sélection de poèmes (2003). Il traduit également de la poésie hispanophone. Begić fait partie des auteurs présentés dans le livre d’entretiens et de poésie “Car on est nombreux” rédigé par le poète Marko Pogačar. Il collabore avec des musiciens et écrit pour des revues et des portails littéraires.


*


Tamara Radovanović, 21 ans, vit à Paris où elle fait ses études. Titulaire d'un baccalauréat économique et social, elle choisit de s’inscrire à l'UFR d'Études Slaves de Sorbonne Université. Actuellement étudiante en master 1 BCMS (bosniaque-croate-serbe-monténégrin) spécialité linguistique. Elle a également fait partie d’une association culturelle et artistique franco-serbe Biseri Perles. Dernièrement, elle a participé au projet Translab Sarajevo-Paris, ce qui lui a permis d’acquérir des outils et des méthodes de traduction littéraire. 


Comments


bottom of page