top of page
  • Photo du rédacteurMehmed Begić

Pays non-alignés 1/4












Poème pour une dictature du corps

Où sont les poèmes que j'avais écrits dans ma tête – 

Chaque vers à sa place

Chaque mot sans papier dans l'air

palpable comme jamais auparavant

inventé pour un cœur endurci

coquille vide des rêves remodelés

versés dans le sable de l'attente pour des années

afin de nous façonner en ce que nous devenons

prêts pour la simple réalité

de ce qui aurait pu advenir mais n'est pas. 


Revenez avec vos hanches qui se balancent

prêts à raccourcir mes peines

crêper vous le chignon jusqu'à la dernière mèche

et passez-vous la langue

sur votre lèvre supérieure

en mordant ma lèvre inférieure. 

Emplissez-moi la bouche de vos mamelons de pierre

pour que je ne respire plus, que je ne demande plus rien

que je disparaisse pendant que vous apparaissez.

Sinon, vous n'êtes pas les poèmes que j'invoque.





Au lieu de Saint-Christophe

Pendant un instant j'ai voulu

embrasser Saint-Christophe

puis je me suis souvenu - 

ton cœur est

pour mes voyages

le plus infaillible des talismans. 




Radio rasage

Allumons à nouveau la radio

Et goûtons au bonheur bebop.

Garde seulement à l'esprit

qu'il suffit de 

choisir entre deux stations

et de se réveiller ici et maintenant

pour que la mauvaise humeur se dissipe

dans l'air humide.

Nous chercherons des émissions sur le jazz. 

J'ai une danse pour chaque chanson

et le monde, qu’il finisse déjà

dans ses propres guet-apens. 

Pas de place dans ce poème

Pour les complaintes de ce genre.

Mon corps est ton terrain de jeu.

Et la lumière qui tombe sur nous

suffit largement

pour durer jusqu'au petit matin

quand je chaufferai l'eau

et aiguiserai le rasoir.

Tu peux regarder comment je me rase.

Ce sera une représentation au ralenti.

Ensuite je te raserai toi

si tu le souhaites

et le filet d'eau du robinet

emportera tout sauf la mousse. 

Laissons juste une barrette dans nos cheveux

comme une arête dans la gorge de notre radio destin.




Elle portait un ruban jaune

Dans ma recherche de Dieu je trouve

     un crâne de sucre

et dedans une douleur aiguë qui remplace

la crucifixion 

La vérité ne libère pas

Le mensonge est une vérité plus douce

Je suis pris de la mélancolie 

      de mon lit

qui devient drap mortuaire

L’encens de la confiance

et tes mouvements lents

Paralysant

les yeux dans lesquels flamboie le désert 

Lancent un dernier avertissement - 

personne ne revient

      de la prairie où tu t’en vas.




traduit par Svetlana Dojić



*


Mehmed Begić, né en 1977 à Čapljina en Bosnie-Herzégovine est poète et l’un des fondateurs et rédacteurs du magazine littéraire de Mostar “Kolaps – guide pour des somnolants urbains”. Il a publié les recueils de poèmes suivants : “En attendant le boucher” (2002), “Poèmes de chambre” (2006), “Une balle parfaite à l’estomac” (2010), “Heures tardives à Managua” (2015), “L’homme dangereux” (2016), “Le temps de morphine” (2018). “Lettres de Panama : jazz de détective” (2018), “Pays non-alignés” (2019), “L’obscurité sauvage” (2020), “ Lettres de Panama ” (réédition, 2021), “L’araignée dans la mescaline” (2021), “Bebop / Hypnose” (2021). Sa traduction des poèmes de Leonard Cohen a été publiée dans le livre “Ma vie d’artiste”, sélection de poèmes (2003). Il traduit également de la poésie hispanophone. Begić fait partie des auteurs présentés dans le livre d’entretiens et de poésie “Car on est nombreux” rédigé par le poète Marko Pogačar. Il collabore avec des musiciens et écrit pour des revues et des portails littéraires.


*


Svetlana Dojić, titulaire d’un baccalauréat scientifique, poursuit des études d'anglais à l'Université Sorbonne Nouvelle et, en 2000, elle obtient une maîtrise LLCE d'anglais.

Après avoir passé une année à l'Université de Sussex à Brighton au Royaume-Uni, en 2002, elle obtient son CAPES d'anglais.

En 2003, elle débute sa carrière de professeure d'anglais en collège, puis, en 2006, obtient un poste au lycée Gaston Bachelard à Chelles, en Seine-et-Marne, où elle enseigne encore aujourd'hui. En 2015, elle passe avec succès l'agrégation d'anglais.

En 2020, elle reprend ses études à l'UFR d'Etudes Slaves de Sorbonne Université, et obtient une licence LLCE de BCMS en 2022. Elle est actuellement en Master 1 de BCMS.


Comments


bottom of page