• Le Fantôme de la liberté

Rencontre avec Vanda Mikšić et Branko Čegec









samedi le 11 juin 2022

à 20 h

à la librairie

Equipages

61, rue de Bagnolet

75020 Paris


Dans le cadre du

Festival Du haut des cimes

coordonné par l'écrivain Julien Marcland

Rencontre, lecture par les poètes et traducteurs


Vanda Mikšić

poète, traductrice et professeure de la traduction à l'Université de Zadar


et


Branko Čegec

poète et éditeur, directeur de la maison d'édition MenadarMedia à Zagreb et du Centre pour le livre


ainsi que


Brankica Radić

traductrice de poésie, éditrice aux Éditions de la Villette

et

Guillaume Métayer

poète, traducteur et directeur de recherche au CNRS


autour des

Éditions l'Ollave

Initiée en 2012 et dirigée par Jean de Breyne, Martina Kramer, Vanda Mikšić et Brankica Radić, la collection Domaine croate / Poésie des Éditions l'Ollave présente plusieurs générations de poètes. Entre les figures historiques qui ont marqué les courants poétiques du XXe siècle, et les poètes actuels dont l’œuvre est significative de notre époque, la poésie de ce pays d’Europe centrale est un domaine riche et vivant.














De ce que nous ressentons de réel de la vue – l’image – que nous avons à la lecture des poèmes de Vanda Mikšić, il est un sub-réel qui nous intranquillise. Vision propre à sa poétique, son point de vue, sa perspicacité devant ce qui bouge, ce qui est bougé, son bougé, qui ouvrent alors un point de vue, le nôtre.


Vanda Mikšić, Sels

traduit par Martina Kramer et Brankica Radić




Ces quatre dernières décennies, Branko Čegec est un protagoniste exceptionnel et singulier de la poésie contemporaine croate. Un poète qui perturbe obstinément les poétiques dominantes et montre un intérêt passionné pour le texte, qui émerge souvent d’un vide de la langue, en périphérie urbaine dans les égarements et les étendues du voyage… Le renoncement à une littérature réservoir de sens et d’éternité, la destruction des normes linguistiques et poétiques, la multiplicité des perspectives, ne sont que quelques points d’appui de son écriture poétique. De façon énergique et entreprenante, Branko Čegec construit son territoire en l’ouvrant aux lecteurs prêts aux différents défis de la langue et des choses – les défis de l’érotique, du corps, de la sexualité, de l’excès et de la provocation. Par invocation des absences, il matérialise et compose des paysages divers, les endroits et les envers de la poésie croate, il change de stratégies et de lieux d’écriture, s’en retirant souvent lui-même, en offrant des signes et des traces de différence, de dialogue, de renoncement.


Miroslav Mićanović

Branko Čegec, Poèmes de transition, 1980-2020

traduit par Vanda Mikšić, Brankica Radić et Martina Kramer