top of page
  • Photo du rédacteurLe Fantôme de la liberté

Predrag Ličina : La gadoue au crépuscule









La troisième partie de la trilogie de Predrag Ličina, La gadoue au crépuscule (Bljuzga u sumrak, Jesenski i Turk, 2023), nous livre à nouveau trois nouvelles, cette fois-ci avec un penchant pour des histoires alternatives voire parallèles. Dans une de ces nouvelles l’histoire, selon la « recette de Terminator », tente même d’être modifiée par un retour dans le passé, mais au lieu plonger dans un bang de sang nous échouons dans la comédie. Dans la deuxième, la traversée à travers la toile d’araignée raconte l’histoire alternative à quoi ressembleraient nos contrées s’il n’y avait pas eu de mouvement partisan dans le Seconde Guerre mondiale, tandis que la troisième traite du futur gouverné par des vampires vibrant sexuellement, aristocrates individualisés et élégants d’un monde-horreur, ce qui est un glissement de l’auteur comme jusque-là il préférait la représentation du crash social par le prisme de masses zombie cannibalo-viraux (populistes ou révolutionnaires dans leur lutte de classes ?) Il présente ainsi l’espèce humaine comme inférieure en posant la question classique : préférons-nous notre malheur ou tout le bonheur du monde ?


Les trois nouvelles sont bien entendu des satires, provoquant les identités nationales collectives, prétendument homogènes, tout en exposant des psycho-types et manipulateurs classiques.


Ličina se confirme en tant qu’humoriste et satiriste qui doit tout autant au cinéma qu’à la bande dessinée, tout comme à la littérature. Sa plongée dans la gadoue donne à réfléchir, sourire aux lèvres.


Kruno Lokotar



*


Interview avec Predrag Ličina


Predrag Ličina


La gadoue à midi de Predrag Ličina


Le long-métrage de Predrag Ličina




*


THEATROOM publiera prochainement le recueil de nouvelles de Predrag Ličina

au titre provisoire Non-stop la gadoue.


Comments


bottom of page