• Suzana Marjanić

Leo Rafolt tisse sa toile théorique






Le nouveau livre de Leo Rafolt Mailles sautées (Preskočene niti, Matica hrvatska, 2022), composé de quatre parties - Analyses, Notes, (Se) Mesurer, Sur les marges - est la réponse de l’auteur sur la réalité des situations actuelles artistiques, sociales et politiques, avant tout dans le champs des sciences humaines, synthétisé dans le texte sur la dystopie post-politiques dans les années 2020 où l’auteur, entre autre, démontre que sous l’influence de l’idéologie du dataism, « dans le sens affirmatif ou critique les sciences humaines et sociales sont ces dernières vingt années devenues obsédées par la phénoménologie et la psychologie de la prise de décision, négligeant ce faisant les problèmes classiques phénoménologiques tels que la conscience ou l’intelligence ».

En résumé, nous avons ce livre qui sur les traces de l’interdisciplinarité (ou même - hélas chez nous dans certains cercles faiblement approuvé - les sciences humaines post-disciplinaires) démontre que tout art (l’art de qualité, c’est-à-dire uniquement l’art en tant que tel) est relationnel, qu’il répond aux exigences du public, puis les attire dans son monde, les invitant à une forme de participation. Dans le cadre de la paradigme de l’art, l’auteur nous averti d’être en garde contre la Nouvelle idéologie, que certains nomment révolution des données, le dataisme (angl. dataism), comme l’établit l’historien israélien Yuval Harari, fondée sur un bien rapide flux d’informations et le technohumanisme. Le livre Mailles sautées de Leo Rafolt, qu’on compte parmi les théoriciens les plus productifs de la jeune génération, documente aussi visuellement (photographiquement) l’esthétique relationnelle, car comme le souligne l’auteur dans la devise « La photographie forme le souvenir » (Mehmedinović).


Le livre Mailles sautées est titré dans l’optique de la détermination benjaminienne que le travail sur une œuvre de qualité se développe dans trois étapes : musicale, lorsqu’on compose, puis architecturale, quand on construit, et l’étape textile, lorsqu’enfin le tout est tissé. C’est justement par la métaphore du tissage, du fil, de l’étape textuelle-textile que Leo Rafolt construit sa nouvelle étude scientifique dont le fil rouge, comme souligné dans la texture de la préface, est « l’art en tant qu’espace d’ouverture de toutes sortes de branches mémorielles, aussi bien dans le sens d’une lecture interprétative, qui subsiste toujours dans un espace de possibilités nouvelles (de quelque chose de plus ancien, déjà lu), que dans le sens d’un encadrement théorique, et d’une appropriation de ce qui a pu être lu pour être par la suite observé à travers une optique disons nouvelle, dans une autrement innovante niche théorique ». Cela faisant, l’auteur construit une audacieuse résistance du fil textuel (lat. texere, tisser, textus, texture, tissu ; présentation, contenu), tout comme dans son précédant livre sur la crise pandémique Virus in fabula (l'interview avec Leo Rafolt à l'occasion de la parution de Virus in fabula ; l'auteur se voit remettre le prix pour son recueil d'essai).

Je dirais que la question cruciale de ce tout dernier livre de Leo Rafolt est celle qui se construit textuellement s’appuyant sur la question de McKenzie sur qui lit les code-barres ? Surement pas la "machine" humaine.

Suzana Marjanić


*

En thématisant un large spectre de performances, en partant des représentations au Théâtre national croate (HNK, Zagreb) jusqu'au spectacle multimédia dans le Port de Rijeka et en les plaçant d'une manière souveraine dans un contexte synchronique et diachronique, s’appuyant sans cesse sur la littérature théorique et philosophique récente, Leo Rafolt offre aux lecteurs un compte-rendu global, complexe et convaincant, surtout de la scène théâtrale et performative, et indirectement tout autant de la scène théorique des premières décennies de notre siècle. Par son œuvre originale, il contribue à l'élargissement de l'horizon et à l'approfondissement de l'appréhension dans la sphère des sciences humaines, notamment de la science de l'art performatif.

Boris Senker




Livre de Leo Rafolt disponible en français
























Leo Rafolt

Chorégraphie de l'éphémère

THEATROOM, 2021