• Le Fantôme de la liberté

Görlitz 1996 de Neven Jagodic


Neven Jagodic © Görlitz






Les villes, en cette fin de XXe siècle, ont-elles encore une âme? L’on peut parfois en douter, que ce soit dans les grandes métropoles comme dans des villes moyennes, face à de ’grandes murailles’ de béton ou des tours de verre et acier. Mais pour qui sait s’égarer hors des artères rectilignes il existe des îlots préservés où maisons, petits immeubles, échoppes... gardent - mais pour combien de temps encore ? - leur caractère à dimension humaine. Que ce soit à Paris, Zagreb ou à Görlitz, Neven Jagodic aime à porter ses pas, son regard, dans ces vieux quartiers dont il fixe - au gré de ses impressions - les détails sur la pellicule : ici une porte cochère en bois surmontée de pierres de taille sculptées ; là une étroite ruelle aux pavés disjoints ; plus loin une façade décrépie par les ans et les intempéries... Au delà de la nostalgie les photos de Neven Jagodic sont une invitation à la flânerie et au plaisir de l’œil.



Denis Lavaud






Neven Jagodic est né en 1965 à Zagreb, Croatie. Il vit depuis son enfance en France et pratique intensément la photographie depuis 1985. Il a suivi des études à l’Université de Paris-VIII. Ces dernières années ses œuvres ont été exposées à plusieurs reprises en France, en Allemagne et en Croatie.

Le sujet principal de ses travaux est la recherche des empreintes témoignant du passé et du présent dans les villes. Ses photos nous montrent des traces bien trop souvent négligées par l’œil du promeneur et remettent en question notre rapport au temps, à l’époque et à l’espace qui nous entourent.

Son travail s'articule autour de la mémoire des lieux : vieilles échoppes, ruelles, détails architecturaux traduisant discrètement la présence... ou l'absence de l'humain au cœur de l'urbain.

Mots-clés :